Les indices boursiers : un outil capital pour suivre l’évolution des marchés financiers

  • Matthieu de Goodvest
6
December
2023

Vous souhaitez pouvoir comparer la performance de votre investissement et juger sa qualité par rapport au “marché” ? 

Dans cet article on vous explique l’importance des indices boursiers, leur utilité et la pertinence de choisir le bon indice pour comparer son investissement.

Les indices boursiers : un outil capital pour suivre l’évolution des marchés financiers

Qu’est-ce qu’un indice boursier ? 

Un indice boursier est un portefeuille théorique composé de plusieurs titres cotés sur les marchés financiers. Il peut donc s’agir d’actions et/ou d’obligations. C’est en quelque sorte un panier de valeurs boursières qui va évoluer quotidiennement en fonction de la performance des entreprises sous-jacentes. Néanmoins, à la différence d’une action, dont la valeur est exprimée en unité monétaire, un indice est exprimé en nombre de points.

L’objectif principal d’un indice boursier est de pouvoir suivre l’évolution de la performance sur une période donnée (jour, mois, années ou même décennies) d’une zone géographique, d’un secteur ou plus globalement d’une économie. En règle générale, les indices boursiers sont majoritairement utilisés pour identifier la tendance des marchés sur une certaine période de temps, par exemple sur la journée ou depuis le début de l’année.

Mais pas uniquement, et c’est ce que nous évoquerons plus loin.    

Comment est composé un indice boursier ? 

Comme évoqué précédemment, les indices boursiers sont composés, en règle générale, de titres cotés en Bourse.

Il existe de nombreux indices boursiers, et ceux-ci ont vocation à se multiplier avec la démocratisation des ETF.

Les indices principaux permettent de mesurer la performance des actions d’une zone géographique donnée.

Parmi les plus connus : 

  • Le CAC 40 (Cotation Assistée en Continu) regroupe les 40 capitalisations boursières françaises les plus importantes. Il s’agit de l’indice boursier phare du marché français et souvent celui utilisé lorsqu’on parle de la performance du “marché”
  • Le S&P 500 qui regroupe les 500 plus grandes entreprises américaines
  • L’Eurostoxx 50 qui suit les 50 capitalisations les plus importantes de la Zone Euro

À côté de ces indices géographiques, on peut également retrouver des indices par secteur d’activité. Par exemple :

  • Le Nasdaq qui cible uniquement les entreprises technologiques américaines
  • L’Eurostoxx Banks qui permet de suivre la performance boursière de 22 banques européennes.

Nous ne citerons pas tous les indices sectoriels dans cet article, dans la mesure où on en dénombre des milliers. Il faut avoir à l’esprit qu’il existe, aujourd’hui, un indice boursier par grand secteur d’activité boursier (consommation, immobilier, énergie, automobile etc).

À côté de ces indices reflétant une zone géographique ou un secteur d’activité, nous pouvons même trouver des indices qui ajoutent des critères spécifiques, comme les critères ESG.

Avec le développement de l’investissement socialement responsable, ces indices sont de plus en plus fréquents. Par exemple, il existe des variantes du CAC 40 intégrant des critères environnementaux et sociaux : 

  • Le CAC 40 ESG qui regroupe les 40 entreprises françaises ayant reçu les meilleures notations ESG 
  • Le CAC SBT 1,5°C qui regroupe 40 sociétés françaises dont les objectifs de réduction de GES sont alignés sur l’Accord de Paris et approuvés par l’initiative et la méthodologie SBTi (Science Based Target Initiative) 

En conclusion, parmi ce florilège d’indices, on peut trouver différents types de stratégies, et donc de sociétés se différenciant par leur typologie. 

Lire aussi : À quoi correspondent les critères ESG ?

L’intérêt de choisir un indice boursier pour comparer son investissement

Un excellent moyen de suivre la qualité de son investissement

Nous avons évoqué l’intérêt des indices boursiers comme outil d’information et de mesure. Les indices boursiers sont également un excellent outil de comparaison et notamment de son investissement. Cela vaut pour les professionnels de l’investissement comme les gérants de fonds qui doivent comparer leur fonds à un indice de référence. 

Exemple : comparaison de la performance du fonds Mirova Europe Environmental Equity par rapport à son indice de référence, le MSCI Europe sur la période allant du 28/05/2007 au 20/11/2023.

Source : Mirova. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Se comparer à un indice boursier permet également aux particuliers d’évaluer la qualité de leur allocation d’actifs, leur patrimoine financier et éventuellement de leur gestion pilotée. 

Conseil de Matthieu : La comparaison doit toujours se faire sur un horizon long. Un investissement s’envisage toujours sur du moyen/long terme. Il est donc inutile de se comparer sur une période de quelques jours, semaines ou quelques mois.

Être vigilant sur le choix de cet indice !

Pour autant, il faut être précautionneux sur le choix de cet indice de référence. Il est primordial de choisir un indice représentatif et comparable. Autrement dit, il ne faut pas arriver à comparer des choux et des carottes.

En France, la plupart du temps, nous regardons essentiellement la performance du CAC 40 pour parler du marché. Néanmoins, faut-il comparer son portefeuille au CAC 40 ? La réponse est non bien évidemment sauf si vous êtes essentiellement investi sur des  entreprises françaises. Nous l’avons évoqué précédemment mais le CAC 40 est un indice boursier qui rassemble les 40 plus grandes entreprises françaises. Il est donc inapproprié de comparer un portefeuille de titres investi à l’international à un indice boursier ne regroupant que des entreprises françaises. C'est comme si vous jugiez toutes les cuisines du monde à partir d'un seul plat français, ça n’a pas de sens. Chaque zone géographique a ses particularités.

Au-delà de l’aspect géographique, chaque secteur a également ses spécificités. L’aspect sectoriel est d’autant plus important. Si nous reprenons l’exemple du CAC 40, celui-ci est essentiellement tiré par les valeurs du Luxe. À titre d’exemple LVMH représente plus de 15% de l’indice. Il est donc nécessaire de tenir compte du biais sectoriel de cet indice. 

Point de vigilance : De la même manière, si votre portefeuille n’est pas uniquement investi en actions, et qu’il est exposé à d’autres types d’actifs comme des obligations, du fonds euros ou encore de l’immobilier, alors il est incorrect de comparer la performance globale de votre portefeuille à celle d’un indice investi à 100% en actions. En effet, la typologie même de certains actifs, leur profil de risque ou encore leur liquidité rendraient inexacte la comparaison. 

Savez-vous que votre épargne pollue ?

Découvrez votre portefeuille d'investissement personnalisé, en accord avec vos valeurs

Quels sont les indices pertinents à suivre ? 

Le conseil de Matthieu : Le choix du benchmark, comme les financiers l’appellent, demande une certaine gymnastique et s’avère être un exercice ardu car, d’une part, il nécessite de décomposer de manière granulaire l’allocation de son portefeuille et d’autre part, de sélectionner un indice qui ne présente pas de biais sectoriel ou géographique trop important au regard de son portefeuille. L’objectif est également de pouvoir sélectionner un indice suffisamment large pour éviter une concentration trop importante sur 40 ou 50 entreprises qui impliquerait des biais importants. D’autant plus qu’une concentration trop importante empêche de refléter fidèlement la réalité économique (donc son tissu économique) d’un pays, ou d’un secteur d’activité.

Quelques exemples d’indices boursiers qui peuvent être observés : 

  • STOXX 600 : il regroupe les 600 plus grandes capitalisations boursières européennes. C’est l’idéal si l’on est investi uniquement en Europe et que l’on  souhaite avoir une idée de la performance du marché européen. Pourquoi pas l’Eurostoxx 50 ? Tout simplement car l’Eurostoxx 50 est investi sur les 50 plus grandes capitalisations boursières européennes. À l’instar de ce que nous avons dit pour le CAC 40, cet indice est concentré sur uniquement 50 entreprises et présente donc une concentration sectorielle trop importante qui n’est pas forcément représentative de son portefeuille. Il est primordial de pouvoir sélectionner un indice plus diversifié pour comparer de manière fiable son investissement.
  • Le S&P 500 regroupe les 500 plus grandes capitalisations américaines. Cet indice est donc pertinent pour juger la performance de son portefeuille investi en actions américaines. En revanche, attention à la pondération des valeurs technologiques qui représentent plus de 30% de l’indice. 
  • Le MSCI World est sans doute l’un des indices les plus pertinents pour suivre une allocation globale investie à l'international. Cet indice, développé par MSCI, est composé de plus de 1500 valeurs dans 23 pays développés. Il est aujourd’hui une des références des investisseurs institutionnels et des gérants de portefeuilles qui souhaitent offrir une diversification mondiale à leurs clients. 

Néanmoins, attention aux biais sectoriels et géographiques. Force est de constater que les valeurs technologiques et les Etats-Unis représentent une part importante de l’indice, respectivement 25% et 70% de l’indice. Il y a quelques années, le MSCI World a d’ailleurs été complété par un indice suivant la performance des actions des pays émergents : c’est le MSCI ACWI (All Countries World Index) qui regroupe à la fois 23 pays développés et 24 pays émergents pour un total de presque 4000 sociétés sous-jacentes. De quoi offrir une diversification forte, et refléter de manière fidèle l’économie mondiale.

Note de Matthieu : il est bon de savoir que le MSCI World possède également sa version ISR, le MSCI World SRI qui regroupe 400 capitalisations boursières mondiales qui ont reçu les meilleures notations ESG.

Lire aussi : L'investissement responsable est-il plus rentable ?

Les indices suivis par Goodvest

Rappel de notre stratégie d’investissement 

Chez Goodvest, nous proposons des solutions d’investissement, comme l’assurance-vie ou le Plan Épargne Retraite, engagées pour l’environnement. Nous allons bien au-delà des labels, en ayant développé une méthodologie d’investissement stricte et scientifique qui nous permet notamment de sélectionner uniquement des fonds labellisés (ISR, Greenfin, Finansol etc…) respectant certains critères environnementaux très stricts (exclusion des secteurs néfastes, analyse de l’empreinte carbone). Autrement dit, notre méthodologie d’investissement se base sur deux piliers fondamentaux : 

  • Exclusion systématique des secteurs les plus néfastes comme la production et l’extraction d’énergies fossiles, le tabac, l’armement, les divertissements pour adultes et toutes les entreprises qui violent le pacte des Nations Unies.
  • Analyse de l’empreinte carbone de l’ensemble des sociétés sous-jacentes (émissions de gaz à effet de serre directes et indirectes).

Cette méthodologie nous permet aujourd’hui de proposer un contrat d’assurance-vie et un PER entièrement compatibles et alignés sur l’Accord de Paris et notamment sur une trajectoire de réchauffement climatique de maximum 2°C à horizon 2100. 

Ces critères environnementaux constituent un socle indispensable si nous souhaitons construire une offre réellement durable toujours en se basant sur des indicateurs concrets d’impact et de contribution à l’atténuation du changement climatique. 

Savez-vous que votre épargne pollue ?

Découvrez votre portefeuille d'investissement personnalisé, en accord avec vos valeurs

Quels sont les indices utilisés chez Goodvest pour suivre l’évolution des marchés financiers ?

Notre positionnement étant très spécifique, il est difficile de trouver un indice boursier parfaitement représentatif de notre stratégie de gestion. Nous suivons bien évidemment un certain nombre d’indices parmi ceux cités précédemment qui permettent d’avoir une idée de la température des marchés sur certaines zones géographiques ou secteurs.

Au-delà de l’aspect écologique, notre allocation stratégique à long terme est construite de manière à offrir une exposition à différentes classes d'actifs (Actions et Obligations) sur toutes les zones géographiques via des ETF et OPCVM traditionnels avec une exposition actions allant de 10% à 90% selon les profils, tout en alliant diversification et conviction. 

Nous l’avons dit précédemment, il existe une multitude d’indices et de plus en plus avec une stratégie ESG ou ISR. Néanmoins, même les indices les plus “verts” ne sont pas forcément comparables à nos portefeuilles. Quelques exemples :

  • MSCI Global Environnement : indice boursier qui présente une concentration sur une seule valeur, à savoir 40% sur Tesla. Nous n’aurons bien évidemment jamais 40% de Tesla chez Goodvest, l’indice n’est donc pas approprié.
  • MSCI Global Alternative Energy : indice boursier orienté de manière importante sur la thématique énergétique. Pour rappel, chez Goodvest, au-delà de la diversification géographique, nous avons également vocation à offrir une forte diversification sectorielle.
  • MSCI ACWI Low Carbon Target : 20% de cet indice est concentré sur 7 sociétés technologiques (Amazon, Apple, Meta etc). Le biais sectoriel est donc trop important et cet indice n’est pas représentatif des sociétés intégrées aux portefeuilles Goodvest.
  • MSCI World SRI : cet indice s’avère être un des indices les plus proches en termes de philosophie d’investissement. Néanmoins, il est composé à plus de 60% de sociétés américaines donc trop éloigné de nos portefeuilles.

Chez Goodvest, nous avons décidé de suivre d’autres indices pour se donner une idée de la tendance de notre stratégie. Par exemple, le MSCI ACWI Sustainable Impact Index qui est le plus proche de notre portefeuille modèle. L'indice est diversifié d'un point de vue géographique et sectoriel (ce qui évite une concentration trop importante sur un pays sur un secteur), avec un biais ISR assez important en se concentrant sur des activités telles que : le traitement des principales maladies, les produits sanitaires, l'éducation, les énergies alternatives, l'efficacité énergétique, l'isolation de bâtiment, la préservation du capital terrestre, l'agriculture durable, l'accès à l'eau, la gestion des déchets etc.

En revanche, nous l’avons dit précédemment, si votre portefeuille n’est pas investi à 100% en actions, il n’est pas pertinent de le comparer à un indice boursier composé exclusivement d’actions. Par exemple, chez Goodvest, l’ensemble de nos portefeuilles sont investis à la fois en actions et en obligations. Il est donc primordial de pouvoir mesurer la performance de cette poche obligataire de manière à obtenir un suivi précis et fidèle à la réalité. Quelques exemples d’indices obligataires :

  • ICE BofA Euro Broad Market 
  • Bloomberg Barclays Global Aggregate Index

En conclusion, comparer son investissement n’est pas un exercice facile, surtout pour des néo-investisseurs. Il ne faut donc pas hésiter à se faire accompagner par un tiers de confiance et solliciter l’aide de son conseiller pour avoir une idée de l’évolution de son portefeuille d’actifs au regard de la tendance des marchés financiers.

FAQ

Nos derniers articles

Ensemble, changeons l’épargne

Une vision de l’investissement qui va au-delà des critères financiers.