Quelles solutions pour placer son argent en bourse ?

Logo Image
  • Goodvest
13
September
2022

Placer son argent en bourse est aujourd’hui incontournable pour faire travailler votre épargne à des niveaux de rendement supérieurs à l’inflation et diversifier votre patrimoine. Mais pour placer son argent en bourse encore faut-il avoir une stratégie et des solutions adaptées. De plus, il se peut que vous accordiez une grande importance à certaines considérations éthiques et morales dans vos choix d’investissement (écologie, social, gouvernance…). En ce sens, le label ISR (Investissement Socialement Responsable), GreenFin et la nouvelle taxonomie européenne (SFDR) s’imposent comme une norme dans les cercles d’investisseurs en raison notamment des perspectives de croissance des entreprises actrices de la transition écologique.

Dès lors, quelle est la bonne stratégie pour placer son argent en bourse ? Quelle enveloppe utiliser pour allier performance, simplicité et avantages fiscaux ? Dans quels types de produits investir ? Comment placer un portefeuille de 1 000 euros en bourse ?

Goodvest, en tant que spécialiste de l’investissement écologiquement et socialement responsable, vous livre ses conseils pour placer votre argent en bourse à destination des débutants.

Lire aussi : Les 6 erreurs à éviter pour investir son argent

Conseils utiles pour placer son argent en bourse : définir votre profil d’investisseur

Les cours des valeurs boursières (actions, obligations, devises, matières premières..) fluctuent selon le niveau des principaux agrégats économiques (PIB, inflation, taux directeur…) et les anticipations des acteurs. Il est important de vous définir un profil d’investisseur. Cela vous permet d’opérer sur la bourse avec méthode en suivant une stratégie rigoureuse.

Définir un profil d’investisseur suppose que vous connaissez votre degré d’aversion au risque. Plus précisément, plus élevée est votre aversion au risque, plus vous aurez tendance à investir davantage dans les actifs sans risque (bons du Trésor, OAT…). À l’inverse, vous aurez plutôt tendance à investir dans les actions. Par ailleurs, plus réticent vous êtes à prendre des risques, plus vous préférerez la stratégie passive pour gérer votre portefeuille. Celle-ci consiste à répliquer un indice de référence tel que le CAC 40 dans le choix des valeurs à inclure dans votre portefeuille. Les ETF sont des supports d’investissement particulièrement adaptés à ce type de stratégie, nous verrons par la suite comment s’en servir.

Lire aussi : Quels sont les meilleurs investissements passifs ?

Si vous êtes plutôt enclin au risque, vous pouvez opter pour une stratégie de gestion active, c'est-à-dire effectuer des arbitrages réguliers au sein de votre portefeuille (acheter et vendre), mais à vos risques et périls. En effet, il est important de savoir que, selon une étude réalisée chaque année par Morningstar (baromètre actif/passif), plus de 80% des gestionnaires actifs sous-performent sur 20 ans. Aussi, seul un quart des gestionnaires actifs ont battu l’indice sur une période de 10 ans.

Lire aussi : Spéculation boursière : une opportunité pour les particuliers ?

Une fois votre profil d’investisseur connu et une stratégie de gestion définie, il est important de la suivre rigoureusement. Sachez que les marchés fluctuent en permanence et qu’il n’est pas nécessaire de réviser votre stratégie à chaque mouvement du marché. La bonne nouvelle est que le marché des actions est haussier sur le long terme. On y gagne donc «toujours» tant que l’on investit son argent en bourse dans une vision à long terme et non dans une optique de spéculation (trading/scalping trading)  qui est évidemment beaucoup plus risquée. 

Dans le cadre de cet article, nous nous inscrivons dans la stratégie passive que nous recommandons fortement aux débutants et intermédiaires où au lieu de construire vous-même votre portefeuille actif par actif, il est préférable de passer par des fonds d’investissement (OPC) et/ou des ETF via des enveloppes dédiées (assurance vie, PEA…).

Lire aussi : Devenir investisseur : Comment bien investir quand on est débutant ?

Le label ISR pour ajouter une dimension extra financière à son argent placé en bourse

Le label ISR est un outil créé en 2016 par le ministère des Finances afin d’encourager les investisseurs à davantage porter leurs capitaux dans les entreprises intégrant des valeurs telles que le développement durable dans leur culture. Mais il constitue également un gage de transparence et de traçabilité pour les investisseurs, malgré de nombreuses imperfections. 

Le label ISR met donc en lumière les entreprises qui ont réussi à concilier performances financières et impact social et environnemental dans leur secteur d’activité et encourage celles qui n’ont pas encore franchi le pas. Le label est attribué au terme d’un processus très sélectif conduit par des organismes indépendants. Cinq étapes sont nécessaires pour se voir attribuer le label :

  • La vérification de l’éligibilité ;
  • La collecte des données ;
  • La vérification du respect des critères de labellisation ;
  • Le rapport d’audit ;
  • L’attribution du label ISR.

Lire aussi : Qu’est ce que l’investissement socialement responsable ?

L’on dénombre aujourd’hui, 177 sociétés et 1 047 fonds de gestion sous le label ISR et ce nombre augmentent régulièrement, en raison de leur succès rencontré auprès des épargnants.

Attention toutefois à ne pas se fier aveuglément au label ISR, il reflète une réalité qui dépend avant tout du filtre et de la méthode utilisée. Ce dernier s'intéressant à d’autres critères (sociaux et environnementaux) que celui de l’écologie, les fonds labellisés ISR ne rentrent pas nécessairement dans le cadre d’un investissement à vocation écologique.

Conseil de Goodvest : Pour placer son argent en bourse de manière écologique, d’autres indicateurs peuvent vous servir tels que le critère de durabilité du SFDR (produit dit “article 9”) ou le label Greenfin. De plus, il convient d’aller plus loin en analysant dans le détail chaque fonds et chaque entreprise pour vérifier le caractère durable de l’activité et ainsi éviter les risques de greenwashing. Très chronophage à mettre en œuvre isolément, notre vocation chez Goodvest est d’effectuer cette fine analyse pour vous proposer au travers de notre assurance vie ISR des fonds sélectionnés drastiquement pour leur sérieux notamment en matière d’investissement écologique.

Lire aussi : Qu'est ce que l’assurance vie ISR ?

Quelles sont les enveloppes fiscales permettant de placer son argent en bourse ?

Il existe trois grandes enveloppes pour permettre aux particuliers de placer leur argent en bourse. Certaines proposent une grande variété de produits comme le compte titre, tandis que d’autres sont plus restreintes en termes de choix. C’est le cas du PEA par exemple.

Pour ceux qui souhaitent placer leur argent en bourse en toute simplicité, l'assurance vie est certainement la meilleure enveloppe fiscale grâce aux robo advisors et solutions de gestion profilée.

Le compte-titres pour investir en bourse librement

Le compte-titres est un excellent véhicule d’investissement pour placer son argent en bourse. Il vous permet d’acquérir des titres de diverses entreprises de secteurs ou d’aires géographiques différents. Au-delà des titres individuels, le compte-titres vous offre la possibilité d’investir dans des pool de titres tels que les SICAV et les FCP (fonds d’investissement). Deux options s’offrent à vous pour gérer votre compte-titres : la gestion libre ou la gestion sous mandat. Cependant, nous vous conseillons pour vos débuts d’opter pour la gestion sous mandat. Il vous est possible d’alimenter votre compte-titre suivant des versements libres ou des versements réguliers. 

Le compte-titres vous astreint à trois types de charges : les droits de garde des titres, les frais directement liés à l’achat et à la détention de parts de SICAV ou de FCP (frais de gestion) et les frais de courtage.

Enfin, si vous détenez un compte-titres, vous devez en déclarer les plus ou moins values, les dividendes générés par les actions ainsi que les coupons d’obligations perçus aux impôts chaque année. 

En ce sens le compte titre est relativement complexe à gérer (même en gestion sous mandat), d’autant que ce dernier ne propose aucun avantage fiscal.

Lire aussi : Faut-il choisir un compte titre ou une assurance vie ?

Le Plan Épargne en Actions (PEA) dédié au placement en bourse dans des sociétés européennes

Le Plan Épargne en Actions (PEA) est particulièrement adapté si vous souhaitez investir en bourse dans des entreprises européennes ou des fonds composés à plus 75 % d’actions européennes.  

Il vous permet de détenir un portefeuille de titres plafonné à 150.000 euros (300 000 pour les couples mariés ou pacsés) et de bénéficier d’une exonération d’impôt sur les retraits à partir de la 5e année (hors prélèvements sociaux). À ce plafond, il est possible d’ajouter 75 000 euros du PEA PME que vous pourrez placer en bourse dans des “small cap” européennes (petites capitalisations boursières que l’on trouve principalement sur Alternext).

Par ailleurs, vous aurez l’option entre le PEA bancaire et le PEA assurance.

Le PEA bancaire ressemble beaucoup à un compte titre (modulo une liste de titres admis plus restreinte). 

Quant au PEA assurance, il vous permet de vous constituer une épargne auprès de votre compagnie d’assurance. La différence notable avec le PEA bancaire est qu’il n’est pas possible d’acquérir des titres non cotés avec un PEA assurance. De plus, les produits proposés sont généralement des fonds d’investissement éligibles et des ETF PEA, idéal pour placer indirectement son argent en bourse avec un niveau de diversification élevé. Il vous offre également la possibilité de demander une sortie de votre plan en rente viagère notamment lors de votre départ à la retraite.

Lire aussi : Faut-il choisir un PEA (Plan Epargne Action) ou une assurance vie ?

L’assurance vie comme solution simple pour placer son argent en bourse en accord avec son profil d’investisseur

C’est le produit d’épargne le plus prisé des Français. Selon les statistiques officielles, les encours des produits d’assurance vie ont atteint 1876 milliards d’euros en 2021, soit 4,4% de plus que l’année 2020. Les chiffres de l’assurance vie en France sont éloquents. En effet, chaque année, l’on recense en moyenne 2,5 millions de souscriptions. Cela correspond à 18 millions de détenteurs d’assurance vie et 38 millions de bénéficiaires. En France, au moins 45% des ménages détiennent un contrat d’assurance vie.

Et pour cause, l’assurance vie est l’enveloppe fiscale la plus facile à utiliser pour placer son argent en bourse en plus de proposer des avantages fiscaux à partir de la 5e année et d’être un excellent outil de transmission patrimoniale en cas de décès.

De plus, l’assurance vie est particulièrement flexible pour faire correspondre votre horizon de placement et vos objectifs à votre aversion au risque (et donc votre niveau de rentabilité espérée en vue par exemple de battre l’inflation). En effet, les assurances vie nouvelle génération comme Goodvest vous propose une solution intelligente de gestion pilotée qui à l’aide d’un questionnaire complet vous permet de définir votre profil de risque et d'adapter l’allocation de votre épargne en conséquence.

À cela, pour l’assurance vie Goodvest tout du moins, s’ajoute la dimension extra financière qui vous permet de choisir les secteurs dans lesquels vous souhaitez investir en priorité (santé, transition énergétique, accès à l’eau etc.), tout en respectant un principe phare : l’alignement avec l’objectif de +2° maximum de l’Accord de Paris. 

L’assurance vie ISR de Goodvest est donc une solution simple, responsable et rentable pour placer son argent en bourse en limitant votre prise de risque.

Comment placer 1000 euros en bourse ?

Vous détenez un capital de 1 000 euros et vous vous demandez comment bien les placer en bourse ? Voici quelques idées pour placer votre capital. 

Concrètement, si vous souhaitez constituer vous-même votre portefeuille, vous pourrez par exemple répartir vos 1 000 euros dans l’acquisition de 3 types de produits financiers :

  • 35% dans les OPCVM (SICAV, FCP….) : ces véhicules d’investissements ont l’avantage d’être conçus par des professionnels. Ils offrent donc un excellent rendu en termes de diversification tant sectorielle que géographique. Pour minimiser vos frais et rendre votre portefeuille plus responsable, vous pouvez remplacer les OPCVM par des ETF ESG ;
  • 30% dans les titres sans risque (OAT, bon du Trésor, obligations d’État ou d’entreprises). Les titres sans risque auront pour rôle de «sécuriser» votre portefeuille en cas de forte tension sur le marché. Il est possible de compléter cette poche avec des obligations vertes qui visent principalement à financer des projets à vocation écologiques ;
  • 35% dans des actions cotées non présentes dans les fonds choisis (pour éviter une surexposition de votre portefeuille). Il est important de les choisir de façon méthodique en analysant préalablement les fonds dans lesquels vous avez déjà investi et dans l’idéal, en tenant compte des critères extra financiers.

Si vous n’êtes pas un investisseur averti, nous vous déconseillons de constituer vous-même votre portefeuille pour placer votre argent en bourse. Tout au plus, adopter une approche patrimoine plus globale en souscrivant des solutions d’investissement accessibles et complémentaires. 

Lire aussi : Comment bien investir avec 1000 euros ?

FAQ

Nos derniers articles

Ensemble, changeons l’épargne

Une vision de l’investissement qui va au-delà des critères financiers.